RECYCLAGE : LE ROBOT APPLE A BESOIN DE VOTRE AIDE POUR SAUVER LE MONDE

Quelque part, dans l’entrepôt de  Cupertino, un géant robot avec ses 29 bras articulés se posent sur une chose : l’iPhone. Mais au lieu d’assembler les pièces, ce robot les séparent. Toutes les 11 secondes un iPhone est miette — ce qui prend moins de temps que de récuperer son téléphone dans un sac rempli.

Apple a appelé le robot Liam. Une éxpérimentation R&D sur mesure, Liam démantèle les iPhones et tries les pièces pour le recyclage. Le projet a été gardé secret pendant 3 ans dit Mashable le député technique de Samantha Murphy Kelly,  ce qui a permis un apperçu de Liam en action.

Liam n’est pas un robot —c’est une usine. “Le système est équipé d’un tapis roulant recouvert de verre.  Il est également équipé d’un petit ordianateur pour que les ouvriers puissent suivre l’avancé. Liam en photos et vidéo c’est sympa mais Liam dans la vrai vie c’est encore mieux !” elle a dit.

C’est une bonne chose. Les fabricants devraient consacrer beaucoup plus de temps à comprendre comment les choses finiront.  En 2014, le monde a généré 41,8 millions de tonnes de déchets électroniques, selon l’Initiative de l’étape de l’Organisation des Nations Unies. C’est trop. Surtout quand on considère la quantité de matière première et combien de substances toxiques entrent dans la production de l’électronique. Laisser pourrir de l’électronique  est une catastrophe environnementale. Apple le sait. Lorsqu’il est réparé, l’iPhone peut passer à un deuxième propriétaire, ou un troisième propriétaire, ou un quatrième propriétaire. Ces téléphones peuvent et doivent renaître  aussi longtemps qu’ils ont une valeur. Lorsque l’appareil est  invendable, Liam entre en jeu. Le robot décompose les composants, lempile les caméras avec des caméras, les cartes logiques avec les cartes logiques, et fait des tas bien rangé avec des petites vis. Avec une telle précision de tri, le recyclage est plus efficace.

La complexité de la responsabilité

Il en est une chose, Liam n’est pas la revolution du recyclage que Apple veut être et cela ne va pas régler la plupart des problèmes que le recyclage confronte. Construire une machine qui peut recycler l’aluminium peut être relativement facile. Construire une machine qui peut recycler les iPhones est beaucoup plus difficile.

Mais cela est un peu trompeur, il n’y a pas que les produits Apple sont recueillies, et Apple ne le fait pas volontairement. Environ la moitié des États-Unis ont des lois  qui obligent les fabricants à contribuer aux efforts de recyclage locaux. Dans ce cadre, les fabricants doivent déclarer la quantité de produit qu’ils vendent dans ces États. Sur la base de ce nombre, Apple accepte de payer les recycleurs de recueillir un certain pourcentage de fin de vie. Par exemple, les produits Apple représentent moins de 2 pour cent, en poids, des e-déchets collectés par l’État de Washington en 2014.

À l’heure actuelle, cependant, il y a juste un Liam. Et il recycle seulement l’iPhone 6S. Valerie Volcovici de Reuters a fait le calcul: Même en travaillant au rythme d’un iPhone toutes les 11 secondes “Liam probablement peut gérer pas plus de quelques millions de téléphones par an, une petite quantité des plus de 231 millions de téléphones qu’Apple a vendu en 2015,” elle a écrit. Il est prévu d’installer une autre machine en Europe. Mais ce ne sera pas encore suffisant.

Source : http://www.wired.com/2016/03/apple-liam-robot/